HUITIÈME ÉPISODE

Chères amies, chers amis,
 

Écrivains, librettistes et compositeurs ont toujours été inspirés par les légendes, les mythes et les personnages héroïques. Cléopâtre et Antoine font partie de ces derniers.  Leur dramatique idylle a suscité beaucoup de légendes ou de mythes devenant les sujets de nombreuses œuvres opératiques ou musicales.

Alain Maldonado, toujours animé d’une grande curiosité, parcourt ce répertoire dédié principalement à la dernière reine d’Egypte depuis la période baroque jusqu’à l’époque contemporaine. Parmi les magnifiques extraits musicaux qu’il a sélectionnés, il nous gratifie de certaines pépites que nous aurons tout loisir d’écouter en partie ou en entier grâce à l’abondance des hébergements sur Youtube. Mettant en perspective ce thème universel qu’est l’amour incarné par Cléopâtre, Alain Maldonado nous invite, en compagnie de Mozart, à une réflexion philosophique appropriée à ces moments de confinement. 

Perturbée souvent par des états contradictoires, passant de la frénésie au doute, la passion amoureuse n’est pas toujours entière ou absolue. Elle constitue pourtant une source incommensurable d’énergie vitale et créatrice qui participa à l’éclosion de multiples talents ou la survenance d’événements majeurs dans l’histoire, dont la décisive bataille d'Actium qui marqua la défaite du couple, Antoine et Cléopâtre, face au futur empereur Auguste.

Puisque l’amour est à l’ordre du jour et pour commencer ce mois de mai par un geste de paix, nous vous adressons ce brin de muguet avec la complicité d’Alain Maldonado.


Renato Sorgato, Patrick Canac

Cliquez sur les textes soulignés et écoutez...

« Antoine et Cléopâtre » est une histoire d’amour, riche en images, en situations, et en allusions poétiques et politiques. Le texte de Shakespeare combine des contraires en associant la quête éperdue d’un bonheur amoureux au désespoir le plus noir.
Aussi, pour enchanter vos oreilles avec ce qu’il peut y avoir de désirs, de devoirs, de renoncements et de besoins d’aimer dans cette histoire devenue mythe, nous écouterons successivement des extraits d’opéras d’Haendel, Purcell, Graun, Straus, Barber, ... et bien d’autres.


Introduction 
Mesdames, Messieurs, chers amis, j’ai le plaisir de vous proposer l’écoute de différents extraits d’opéras avec pour fil conducteur « Antoine et Cléopâtre » de Shakespeare. La première représentation de cette tragédie historique semble avoir eu lieu en 1606. C’est une histoire d’amour riche en images, en situations, en allusions poétiques qui combinent des contraires et associent la quête éperdue d’un bonheur amoureux au désespoir le plus noir.
Cléopâtre règne sur l’Égypte entre 51 et 30 av. J.-C. avec ses frères-époux Ptolémée XIII et Ptolémée XIV, puis aux côtés du général romain Marc-Antoine. Cette reine polyglotte - « dont la modification de la taille du nez aurait pu changer la face du monde » (Blaise Pascal – Pensées - 1669) est célèbre pour avoir été la compagne de Jules César puis de Marc Antoine et avoir eu de nombreux amants.
Partie prenante dans la guerre civile opposant Marc Antoine à Octave, elle est vaincue à la bataille d’Actium en 31 av. J.-C. Sa défaite permet aux Romains de mener à bien la conquête de l’Égypte et marque la fin de l’époque hellénistique.
Pour enchanter vos oreilles avec ce qu’il peut y avoir de désirs, de devoirs, de renoncements, de besoins d’aimer, dans cette histoire intemporelle, nous écouterons successivement des extraits de : « Giulio César » de Haendel, « Didon et Enée » de Purcell, « Cleopatra et Cesare » de Graun, « Die Perlen di Cleopatra » de Straus, « Antony and Cleopatra » de Barber, et bien d’autres… pour conclure en évoquant l’ambiguïté du sentiment amoureux exprimé par les victimes consentantes du « Don Juan » de Mozart.
 

« Giulio Cesare » – Haendel – (René Jacobs) 
Le deuxième acte s’ouvre sur un jardin de cèdres près du Mont Parnasse où a été édifié un palais. Cléopâtre se présente sous les traits de Lydia et apparaît dans le rôle de la Vertu entourée des 9 muses. Elle courtise César avec un chant d’amour qui va immédiatement le subjuguer. 
 1 Cleopatra : "V'adoro, pupille" 
 
“Dido and Aeneas” – Purcell – (Teodor Currentzis)
Rien de plus facile pour nous, que d’établir un parallèle entre le désespoir de la reine d’Égypte et celui de la reine de Carthage avec le « Dido and Aeneas » de Purcell : Antoine quitte l’Égypte pour Rome où la raison d’État l’appelle ; Didon, d’abord hésitante, a cédé à Énée qui, trompé par une sorcière, l’abandonne au désespoir pour accomplir son destin glorieux.                      
 2 Chœur: « With Drooping Wings »          
 
« Cleopatra et Cesare » – Graun – (René Jacobs) 
Quelques mois avant la première, en décembre 1742 à Berlin, pour l’inauguration de l’opéra royal, le texte de cet opéra séria fut modifié 3 fois, à la demande de Frédéric II, pour évoquer ses idées et ses idéaux : il venait d’assujettir la Silésie et faisait un grand pas pour que la Prusse devienne une grande puissance européenne.
Écoutons la scène de déclaration de guerre entre César et l’entourage de Cléopâtre, devenue amoureuse du grand pontife.
3 Cesare : « All'armi, al cimento! »

« Die Perlen der Cleopatra » (1923) – Oscar Straus (1870-1954) – (Herbert Mogg)

Après la valorisation des héros mythiques dans les extraits d’opéras précédents, ce sera au tour de l’opérette d’en faire la critique. Avec « Die Perlen der Cleopatra » le chef-d’œuvre d’Oscar Straus (avec un seul S) s’inscrit entre le théâtre satirique des cabarets et le grand opéra. Le livret, insolent, outrepasse plus d’une fois les normes du bon goût car ses thèmes principaux concernent plus particulièrement l’art de la séduction et les fantasmes érotiques de la reine égyptienne. Cette dernière fait succéder ses amants comme les perles sur une chaîne. Son corps est une lyre dorée sur laquelle il faut savoir jouer.
La scène d’ouverture donne le ton.
4 « Die Königin ist erwacht »

 

« Dom Sébastien roi de Portugal » – Gaetano Donizetti – (Mark Elder). 

La liberté en amour n’est pas dans le code génétique de l’Inquisition (Portugal 1496) comme le rappelle Donizetti dans son dernier opéra avant de devenir fou par suite de la syphilis.
C’est le roi chrétien Dom Sébastien 1er (1554-1578) qui part en croisade au Maroc contre les hérétiques, bien qu’amoureux sans le savoir de Zayda, condamnée par ailleurs à mourir sur le bûcher.
Cela sera pour nous l’occasion d’entendre :

  • le chœur des inquisiteurs : Céleste justice, tu veux leur supplice,

  • qui est Zayda ? :  Zayda l’Africaine hérétique….

  • bien que convertie, elle s’enfuit pour rejoindre son père et fait l'éloge du roi : O mon Dieu ! Sur la terre.

5 Camoens : « Regarde….. »
 
6 Don Sébastien : « Quelle est-elle ?….»
 
7 Zayada : « Oh mon Dieu sur la terre …... »
 

« Antoine et Cléopâtre » – 6 épisodes symphoniques (1920) – Florent Schmitt – (Sakari Oramo– BBC Symphony orchestra). 
Florent Schmitt étudie la composition sous la houlette de Massenet et de Fauré au conservatoire de Paris, d’où il décroche le prix de Rome. Féru de Wagner, il comptait également Erik Sati et Maurice Ravel parmi ses proches amis. On dit souvent que le style de Schmitt est éclectique, car ce compositeur puisait ses influences au gré de ses inspirations. Avec « Antoine et Cléopâtre », Florent Schmitt propose 2 suites de concert dont chacune évoque des scènes du drame Shakespearien. Nous écouterons la Bataille d’Actium qui changea le cours de l’histoire de l’Égypte au profit de Rome.
8 Suite n°1 : Op. 69 a 
  
9 - III - Bataille d’Actium 

  
« La Mort de Cléopâtre » Hector Berlioz – (Simon Rattle) 
En juillet 1829, Hector Berlioz pourtant recalé au Prix de Rome, fait de l’orchestre un cœur palpitant et convulsif à mesure que le poison accomplit son œuvre. Sur le plan vocal, ce petit opéra pour soprano et orchestre permet à la soliste de démontrer ses talents dramatiques.
Tout est fichu, il n’y a plus d’espoir, Cléopâtre se questionne sur le sens de la vie. L’orchestre ose des vagues harmoniques non résolues, se crispe, se convulse, il est riche en intervalles dissonants…
10 « Grands Pharaons »

 
« Cléopâtre » – Massenet- (Valery Gergiev, Laurence Foster)
5 courts tableaux évoquent, à l’aide de scènes nettes, précises, imagées, les amours de Cléopâtre et de Marc-Antoine. M. Louis Payen a donné là, à Massenet, l'occasion heureuse de clore la série de ses grandes amoureuses.
Cléopâtre abandonne Spakos pour retomber plus ardente dans les bras du romain. Ce dernier, par amour, va combattre pour elle et contre ses propres troupes. Et c'est la défaite ! Cléopâtre (Renée Fleming) saisit la corbeille de figues dans laquelle se love un aspic. C’est la morsure fatale, suivie de l’irrésistible duo entre Cléopâtre (Béatrice Uria-Monzon) et Marc-Antoine (Jean-François Lapointe)) qui, à lui seul, suffirait à assurer le triomphe d’une soirée.
11 Cléopâtre « Regarde l’horizon »
      
12 Cléopâtre « Le triumvir est mort »

 
“Antony and Cleopatra” – Barber – (Muti)
L’opéra « Antony and Cleopatra », de Barber (septembre 1966) est essentiellement basé sur le texte de William Shakespeare. 400 artistes intervenaient sur scène. Le casting était énorme : 22 chanteurs principaux, un chœur complet, des dizaines de figurants et une troupe de danseurs de ballet. Sa mise en scène posa d’énormes problèmes : Une erreur technique survenue au début des répétitions cassa la table tournante et amena la production à utiliser des unités de décors mobiles. Pour finir, la grande pyramide hydraulique en acier, laiton et aluminium, qui dominait la scène, finit par piéger Leontyne Price lors de la répétition générale.
J’ai choisi de vous faire écouter la fin douloureuse de Cléopâtre...
13 Death of Cleopatra 

This was also performed at the 80th Anniversary Concert of the Juilliard Orchestra from which both of my sons had graduated about 30 years ago. Sejun's father,Sangmin Park, served in the Philaddelphia Orchestra as a regular cello member under Maestro Muti for 7 years after his graduation.
 
Conclusion 
La force de Shakespeare a été de mettre en scène le monde vivant et de le confronter à un environnement social et politique. Il évoquait le concept d’Empire et de Nation qui occupe toujours une place centrale dans l’histoire contemporaine de l’Europe. Antoine et Cléopâtre est également une histoire d’homme et de femme. Ils ont pu avoir un coup de foudre et crever de jalousie. Ils ont pu comploter, trahir leur parole et faire preuve de mansuétude. Ils ont pu tuer leurs adversaires et préférer la mort plutôt que de subir l’humiliation du vaincu.
Cette histoire fait de Cléopâtre la première femme de l’antiquité, libre de choisir sa vie, ses amours et sa mort en posant cette éternelle question : « Qu’est-ce que l’amour et que signifie–t-il pour nous ? ».
Il me semble indispensable d’évoquer, pour conclure, les thèmes Mozartiens de la fascination amoureuse, ce qu’elle peut générer en termes d’hésitations, de rêves, de désirs, d’abandons... Nous écouterons Donna Anna, Elvire et Zerlina du Don Giovanni de Mozart.
 
« Don Giovanni » - (Emi Classic) – Mozart – (Carlo Maria Giulini)
Donna Anna assure à son fiancé qu’elle l’aime, mais on croit comprendre qu’elle lui demande, sans le formuler, de pouvoir rêver encore un peu...
14 « Non mi dire » d’Anna « Ah mon âme aimante ne peut être cruelle pour toi… » 

 
C’est l’irrépressible aveu d’Elvira que la musique de Mozart déploie en 3 palpitations : les frémissements des violons, l’emportement des vocalises et le tremblement des instruments à vent...
15 « Palpitando il cor mi va » d’Elvire
 

C’est enfin le désir qui fait frissonner Zerlina, envoûtée par le chant de Don Juan, faisant naître en elle pour la première fois un sentiment d’abandon...
16 « La ci darem la mano », « Vorrei e non vorrei » de Donna Zerlina 


Après avoir écouté les extraits musicaux précédents, évoqué les paradoxales dialectiques du devoir face au libre arbitre et l’ambiguïté du couple Éros – Thanatos, est-il possible de ne pas déclarer que : « le sentiment amoureux est bien ce par quoi il est donné de dépasser notre finitude pour engendrer le beau » ?


Alain Maldonado
 

 
Bibliographie
Shakespeare – Œuvres complètes – Bibliothèque de la Pléiade
Dictionnaire amoureux du Théâtre – Christophe Barbier – Plon
Dictionnaire amoureux de Shakespeare – François Laroque – Plon
Dictionnaire amoureux de Mozart – Ève Ruggieri – Plon
Dictionnaire amoureux de l’Opéra – Alain Duault – Plon
Dictionnaire amoureux de l’Opéra – Pierre-Jean Rémy – Plon 
Jules César – Haendel – L’Avant-Scène Opéra - n° 97 1987
Don Juan – Mozart – L’Avant-Scène Opéra – n° 24 1979
Mille et un opéras – Piotr Kaminski – Fayard
Kobbé – Tout l’Opéra – Dictionnaire de Monteverdi à nos jours.

© 2018 Les Musicales du Luberon. Site créé par IMAJOR

  • Les Musicales du Luberon
  • Les Musicales du Luberon